Avec iOS 16, Apple veut se débarrasser des captchas

Apple veut rendre la navigation sur le web moins pénible. Après avoir tenté de se débarrasser des mots de passe, le constructeur d’iPhone s’attaque maintenant aux captchas.

Vous en avez assez de déchiffrer des suites de caractères illisibles ou de deviner dans quels carrés se trouve le passage piéton d’une rue ? iOS 16 est probablement fait pour vous. Le dernier système d’exploitation présenté par Apple lors de sa WWDC tente d’en finir avec les pénibles captchas qui pullulent sur le web.

Bye-bye, les captchas

Pour faire simple, un captcha est un mécanisme d’identification destiné à s’assurer que ce qui visite un site web est bien un humain et non une machine. Les captchas peuvent prendre différentes forms, de la simple case à cocher à la — pénible — reconnaissance d’objets dans une galerie de photos. Ils ont en revanche tous le même but : éviter que des robots mal intentionnés viennent pourrir un site avec du spam ou des liens conduisant à des sites louches. Las, les robots et algorithmes qui les accompagnent deviennent de plus en plus habiles à déjouer ces captchas et, par voie de conséquence, les humains aussi peinent parfois à s’ s’identifier sur leurs sites préféidents.

Avec iOS 16, iPadOS 16 et macOS Ventura, Apple souhaite en finir avec ces tracas du quotidien. Les nouveaux systèmes d’exploitation d’Apple intègrent un outil de validation automatique qui permet aux sites compatibles de vérifier que l’on est bien un humain sans avoir à soumettre de captchas. La fonctionnalité se trouve dans l’app Réglages, section iCloud et le menu Mot de passe et sécurité. Elle devrait d’ailleurs être activée par défaut sur tous les terminaux équipés des dernières versions d’iOS, iPadOS et macOS.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Comme il est indiqué, l’outil se repose sur iCloud pour vérifier “automatiquement et de façon privée” que l’utilisateur n’est pas un robot. Concrètement, les appareils Apple utilisent une technologie appelée Private Access Token (PAT) qui permet l’identification sur un site web sans avoir recours à un captcha. Chaque appareil crée un jeton d’identification qui va être partagé avec le site pour prouver qu’il ya bien un humain derrière l’écran. Ces jetons sont créés en arrière-plan lorsque l’iPhone ou iPad est utilisé. Si on vient de déverrouiller sa tablette avec la reconnaissance faciale ou si l’on tient son mobile avec un certain angle, il ya de fortes chances pour que ce soit bien un homo sapiens sapiens qui l’utilise, et non un robot. Un jeton sera alors créé et tous les sites compatibles pourront l’utiliser pour faciliter l’étape de connexion.

Le mécanisme imaginé par Apple est donc complètement transparent et automatique, un peu comme le système mis en place par l’entreprise pommée pour se débarrasser des mots de passe. La seule limite se trouvera du côté des sites web, puisque ce sera aux équipes de développement d’intégrer le standard sur leurs pages. Heureusement, Apple a travaillé avec Fastly et Cloudflare, deux massives réseaux de distribution des contenus sur le web. Des millions de sites devraient donc très vite être compatibles avec cette fonctionnalité. Le tout est évidemment chiffré et les sites ne peuvent techniquement pas accéder aux informations personnelles.

À noter que Google travaille sur une fonctionnalité similaire, baptisée Privacy Pass. Avec un peu de chance, les captchas seront bientôt de l’histoire ancienne.

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Publicité, votre contenu continue ci-dessous

Leave a Comment