Meta annonce qu’un million d’utilisateurs ont téléchargé des applications conçues pour voler leurs mots de passe Facebook

Meta a averti, vendrdi 7 octobre, qu’un million d’utilisateurs de Facebook ont ​​téléchargé ou utilisé des applications mobiles à l’apparence innocente mais conçues pour voler leur mot de passe d’accès au réseau. « Cela ne veut pas dire nécessairement qu’elles ont été piratées »an annoncé David Agranovich, directeur des équipes de cybersécurité de Meta, lors d’une conférence de presse.

Depuis le début de l’année, la maison mère de Facebook et d’Instagram a identifié plus de 400 applications « malveillantes ». « Ces applis étaient présentes sur le Google Play Store [Android] et l’App Store d’Apple [iOS] et se faisaient passer pour des outils d’édition de photos, des jeux, des VPN et d’autres services »a détaille Meta dans un communiqué.

Lire aussi WhatsApp, Twitter, Facebook, Snapchat : qui chiffre les messages privés des utilisateurs ?

Ciblage indifférencié

Une fois téléchargées et installées sur le téléphone, ces applications piégées demandaient aux utilisateurs d’entrer leurs identifiants Facebook pour pouvoir utiliser certaines fonctionnalités. « Elles essaient juste d’inciter les gens à donner leurs informations confidentielles pour permettre à des hackeurs d’accéder à leurs comptes »a résumé David Agranovich.

Il estime que les développeurs de ces applications cherchaient probablement à récupérer d’autres mots de passe, pas seulement ceux de profils. Facebook. « Le cublage semblait assez indifférencié », at-il relevé. Le but semblait « d’obtenir le plus d’identifiants possible ».

Meta a déclaré avoir partagé ses conclusions avec Apple et Google. Apple n’a pas répondu à une sollicitation de l’Agence France-Presse (AFP), mais Google a répondu avoir déjà retiré de son Play Store la plupart des applications signalées par Meta. « Aucune des applis identifiées dans le rapport n’est encore disponible sur Google Play »a écrit un porte-parole de Google à l’AFP.

Plus de 40% des applications signalées servaient à éditer des images. D’autres consistaient en de simples outils, pour transformer son téléphone en lampe torche par exemple. Meta a déclaré qu’elle partagerait des conseils avec les victimes potentielles sur la façon dont elles peuvent éviter d’être « compromises on nouveau » en apprenant à mieux repérer les applications problématiques qui volent les informations d’identification, que ce soit pour Facebook ou d’autres comptes. David Agranovich a toutefois recommandé aux utilisateurs de se méfier d’un service qui demande des identifiants sans raison valable ou fait des promesses « trop belles pour être vraies ».

Lire aussi Qui sont les hackeurs ?

Le Monde avec AFP

Leave a Comment